Primary Menu

    Vous pouvez choisir un film précis :
  • Dohee-Ya

    Dohee-Ya

    La barque est chargée : enfance maltraitée, homosexualité féminine, intolérance, ivrognerie, exploitation des clandestins, complicité policière, parole et mensonges des enfants... Dans un petit port de pêche aux poulpes, la frêle lieutenante de police, débarquée dans ce trou pour cause d’orientation sexuelle, prend sous son aile la gamine souffre-douleur (...)
  • Le Challat de Tunis

    Le Challat de Tunis

    Le harcèlement sexuel en pays machiste prend mille formes aussi répugnantes les unes que les autres. La réalisatrice - respect ! - en traite ici avec un humour bienfaisant dont les malfaisants font les frais. Son enquète sur les traces du ’balafreur’, dix ans après les faits, a beau se terminer en queue de poisson - on nage dans une océan de (...)
  • Le meraviglie

    Le meraviglie

    La qualité principale de Merveilles, petite histoire sans drame entre petits personnages assez insignifiants, est peut-être dans cette sensation d’étrangeté, cette angoisse présente tout au long du film, d’autant plus diffuse que l’on aurait du mal à lui attribuer une cause précise. Des chasseurs se mettent en place de nuit, comme des soldats au but (...)
  • Jauja

    Jauja

    Le bout du monde est fait de rochers herbus parsemés de trous d’eau au bord d’une mer froide, avec otaries et oiseaux. Sont perdus là aussi quelques militaires, dont un capitaine danois ingénieur du chantier, et sa fille. La prochaine femme doit être à mille kilomètres. La fille disparaît, le père part à sa recherche. Les bottes du capitaine le font (...)
  • Jauja

    Jauja

    Les paysages d’une aridité somptueuse transcrivent ceux de l’âme du capitaine (Viggo Mortensen), lancée dans une quête désespérée à travers le pays pour retrouver sa fille chérie. Il refuse l’aide d’un collègue (impossible de me souvenir de son grade) qui, après s’être masturbé dans un geyser, affirme sans sourciller qu’ils sont là pour exterminer la (...)