Primary Menu

    Vous pouvez choisir un film précis :
  • La vie en grand

    La vie en grand

    Nous avons vu assez de films noirs sur l’immigration pour nous réjouir de celui-ci qui montre une issue possible. Un paquet de drogue trouvé incite le jeune Adama, avec l’aide de son ami Mamadou, à se lancer dans la vente de celle-ci pour payer une machine à laver à sa mère. Rattrapé par les grands, les vrais durs, il est pris dans la spirale du (...)
  • White Lies

    White Lies

    Le film (Mensonges blancs) se concentre sur l’essentiel : la stupide morgue et la brutale cruauté des blancs envers les Maoris, la paisible sagesse de ceux-ci en harmonie avec la nature. Entre les deux, les déracinés qui ont voulu quitter leur culture pour celle des maîtres ont fait de leur existence un désastre. La dramaturgie exploite bien (...)
  • Krisha

    Krisha

    Elle est superbe, elle est démente, elle est invivable pour elle comme pour les autres - c’est Krisha, vieille baba-cool en oripeaux de Katmandou et cheveux fous sur les épaules... En face d’elle, la Famille, terrifiante entité innombrable, hurlante et bondissante, dans une maison géante où la porte du garage a les dimensions d’un hangar d’aéroport, (...)
  • La loi du marché

    La loi du marché

    Vincent Lindon, tout en sobriété, incarne un chômeur de longue durée, père d’un adolescent handicapé. Il cherche du travail désespérément, surtout pour payer des soins à son fils. Face au discours de ses interlocuteurs rompus à la langue de bois, il se révolte, cherche à comprendre, se résigne. On pense aux Douze travaux d’Astérix. Il finit par accepter cet (...)
  • Valley of love

    Valley of love

    C’est une très heureuse surprise à laquelle on ne croyait plus : la découverte d’un second film qui, après celui de Joachim Trier, pourrait bien se qualifier pour la Palme d’or et le prix du Jury oecuménique ! Les deux monstres sacrés que sont Isabelle Huppert et Gérard Depardieu nous donnent, certes dans un tout autre registre, la même jubilation que (...)