Primary Menu

    Vous pouvez choisir un film précis :
  • Los Muertos

    Los Muertos

    Lisandro Alonso s’est fait connaître des cinéphiles il y a deux ans par son film La Libertad, hymne à la nature et au dur travail d’un homme, un bûcheron, vivant seul dans cet univers hostile et luxuriant. Son deuxième film est présenté à la Quinzaine des Réalisateurs. Ce n’est pas une oeuvre pour grand public, car l’action y est réduite au minimum, un (...)
  • Les conséquences de l'amour

    Les conséquences de l’amour

    Qui est cet homme, seul, à l’hôtel, depuis 10 ans, sans se lier à quiconque ? Pourquoi observe-t-il ceux qui l’entourent dans une sorte d’ennui et de détachement ? Quel est son secret ? La première partie du film nous intrigue... Elle nous enchante aussi par le travail extrêmement élaboré sur l’image (le générique est déjà une merveille de composition) (...)
  • Nobody knows

    Nobody knows

    Petite fille de six ans, Yuki repart de l’appartement comme elle y était entrée quelques mois plus tôt, inconnue du monde extérieur, cachée dans une valise. Vivante à l’arrivée. Morte au départ. Entre les deux, on suit la terrible histoire de quatre enfants abandonnés par leur mère et vivant seuls, ignorés de tous. Tout, ici, semblait conduire au (...)
  • Les conséquences de l'amour

    Les conséquences de l’amour

    Cela commençait bien pourtant : une atmosphère étrange, mise en place dès le premier très long plan sur un couloir de métro désert ; se confirmant ensuite avec la rencontre du personnage central, Titta, cinquantenaire mystérieux, silencieux, solitaire, vivant depuis huit ans dans une chambre d’hôtel. On pense alors à Kafka, ou à Beckett. On a le (...)
  • La mauvaise éducation

    La mauvaise éducation

    La bonita realisacion Les images du générique annoncent la couleur du film : il faut patiemment et méticuleusement arracher les différentes couches de l’intrigue pour découvrir l’identité réelle et profonde de chaque personnage. Ensuite on peut se demander comment adapter à l’écran un scénario compliqué ? Facile quand on s’appelle Almodovar : en (...)