Primary Menu

    Vous pouvez choisir un film précis :
  • Blue Bayou

    Blue Bayou

    Ce drame social s’inspire du quotidien de ressortissants asiatiques, alors qu’ils vivent depuis de fort nombreuses années aux Etats-Unis. Le film pose la question universelle de nos racines ainsi que des liens et repères humains, psychologiques et sociaux issus de la socialisation : qu’est-ce qui nous construit et nous permet de nous insérer (...)
  • Ghahreman

    Ghahreman

    Rahim n’est pas un héros très discret. Après un acte de probité qui l’honore – alors qu’il était en liberté provisoire –, tout le monde se l’arrache, télévisions comme organismes de charité. Même la direction de la prison où il est incarcéré pour dettes, le porte aux nues. Un héros, le dernier film du réalisateur iranien Asghar Farhadi, nous conte l’histoire (...)
  • Serre-moi fort

    Serre-moi fort

    Une construction extrêmement savante et élaborée, dont on met un certain temps à comprendre le sens, pour une histoire de deuil impossible, racontée de façon totalement fragmentée – mais pas fragmentaire – par la grâce d’un montage qui frise le génie. Mathieu Amalric se joue de la chronologie et il faut toute notre concentration pour suivre les (...)
  • Tralala

    Tralala

    Les frères Larrieu dont on connaît la verve tour à tour mélancolique ou burlesque, nous offrent une comédie musicale funambule, où Mathieu Amalric campe un personnage de musicien lunaire, tendre et paumé qui, à la suite d’un rencontre fantasmagorique, se retrouve à Lourdes. Ville comme on sait propice aux miracles et bingo, voici notre guitariste, armé (...)
  • JFK revisited : Through the looking glass

    JFK revisited : Through the looking glass

    Lorsque sort le long-métrage d’Oliver Stone JFK en 1991, il crée un fort retentissement car il met en cause la version officielle concernant l’assassinat du président John F. Kennedy en 1963. A la suite de ce film, le gouvernement américain autorise la déclassification avant l’heure de documents « secret défense ». Bizarrement, il n’y a eu que peu (...)