Primary Menu

    Vous pouvez choisir un film précis :
  • Les manuscrits ne brûlent pas

    Les manuscrits ne brûlent pas

    Mohammad Rasoulof est un des deux cinéastes iraniens, avec le grand Jafar Panahi, condamné par le régime à la résidence surveillée et à l’interdiction de filmer. La manière dont il a pu réaliser ce film dans la clandestinité suscite l’admiration. Car nous avons ici un vrai film, avec un scénario et des personnages bien vivants. Trois écrivains sont aux (...)
  • My Sweet Pepper Land

    My Sweet Pepper Land

    Plus western que ça tu meurs ! Dans les montagnes kurdes entre Iraq, Iran et Turquie un justicier solitaire fait respecter la loi face au riche caïd local et ses hommes de main. Des falaises majestueuses remplacent les rochers de Monument Valley, les gros plans de mentons mal rasés sont accompagnés d’une musique spaghettisante, et une douce (...)
  • Les manuscrits ne brûlent pas

    Les manuscrits ne brûlent pas

    Beau film, mais sinistre réapparition du système d’oppression totalitaire qui nous avait valu L’Aveu ou La vie des autres, cette fois-ci dans une version ’révolution iranienne’ tellement d’actualité qu’aucun nom n’apparaît au générique après celui du réalisateur. Le chef tortionnaire, à qui est confié le soin de faire la chasse aux intellectuels et aux idées (...)
  • La vie d'Adèle

    La vie d’Adèle

    Film superbe, fait pour surprendre et faire bouger les lignes, et bien équipé pour cela. Adèle, lycéenne - un milieu que Kechiche aime bien dépeindre - tombe en un coup d’œil et à sa propre surprise (jusque là, c’étaient les garçons) amoureuse de Emma, une lesbienne à cheveux bleus avec qui elle développe une passion réciproque qui les rend très heureuses. (...)
  • La vie d'Adèle - Chapitre 1 et 2

    La vie d’Adèle - Chapitre 1 et 2

    On est frappé par la succession de gros plans, qui cadrent tous les personnages, Adèle, ses copains de classe, le professeur (mais plus souvent en plan moyen). Un procédé qui pourrait être fastidieux à la longue... Mais non, ce n’est pas ennuyeux, ni systématique. La proximité unique avec les personnages, exceptionnelle à tous égards, et la longueur (...)