Primary Menu

    Vous pouvez choisir un film précis :
  • La chambre bleue

    La chambre bleue

    Mathieu Amalric, connu surtout comme acteur, excellent dans les deux derniers films où il a joué, « La Vénus à la fourrure » (un des meilleurs films de Cannes 2013) et « L’amour est un crime parfait » des frères Larrieu, sorti en janvier, est aussi un réalisateur, et c’est même sa passion première. Il s’inspire ici d’un roman policier de Georges Simenon, (...)
  • Captives

    Captives

    Par un effet de cinéma, qui prend toutes les libertés avec le temps, l’histoire semble se dérouler sur quelques jours alors qu’il se passe huit ans entre la disparition de la jeune Cassandra et l’aboutissement de l’enquête. Cela donne l’impression du piétinement de l’action -ou plutôt de l’inaction- du père, de la mère, des inspecteurs-détectives. Il est (...)
  • Dohee-Ya (A Girl at my door)

    Dohee-Ya (A Girl at my door)

    Il y a beaucoup de choses dans ce premier film du réalisateur, peut-être trop ! Les problèmes rencontrés par la jeune policière caractérisent sans doute la Corée du Sud, mais ils ne peuvent que toucher un public occidental : la maltraitance des enfants, la pédophilie, l’alcoolisme, le rejet de l’homosexualité, la place de la femme dans un milieu à (...)
  • Xenia

    Xenia

    Deux frères, Albanais nés en Grèce, en fin d’adolescence. L’ainé est appliqué à entrer dans la vie, le cadet tout à ses lubies l’effraie par les risques qu’il leur fait courir à l’un et à l’autre, mais le trouvera toujours là pour lui sauver la mise. Leur recherche du père qui les a abandonnés tout petits nous promène à travers plusieurs thèmes - la précarité (...)
  • La chambre bleue

    La chambre bleue

    Bleue, la lumière qui éclaire les corps, dans le premier plan, nous livre les dessous d’une relation adultère. Le cadrage est serré. S’ensuivront une succession d’images de portes s’ouvrant sur les personnages. Le parti est pris : l’intrigue sera servie par moult plans fixes. Les adaptations des romans de Simenon sont célèbres et le pari était risqué. (...)