Primary Menu

    Vous pouvez choisir un film précis :
  • Les Hirondelles de Kaboul

    Les Hirondelles de Kaboul

    Le film d’animation adapté du roman et de la bande dessinée éponymes, avait tout pour plaire : une œuvre d’origine poignante avec un sujet fort et d’actualité, une belle équipe dirigée par deux réalisatrices de talent ou encore un projet d’œuvre cinématographique atypique. Néanmoins on ressort de la salle un peu sur notre faim. Bien sûr, la direction (...)
  • For Sama

    For Sama

    Waad, jeune femme aux yeux bleus de lumière dédie son film à Sama, sa fille. Elle nous fait revivre la naissance de celle-ci dans un gros plan poignant de beauté tandis que le violon plaintif blesse les cœurs meurtris par la guerre qui fait rage. Waad filme l’histoire qui s’écrit sous ses yeux tout en soutenant son mari médecin urgentiste engagé. (...)
  • For Sama

    For Sama

    Comment aborder et décrire un tel film ? Comment faire la critique d’une expérience qui se révèle aussi bouleversante pour le spectateur, alors qu’elle n’est rien à côté de celle de ses protagonistes ? Comment ne pas remettre en question toutes nos convictions (qu’elles soient humaines ou artistiques) lorsqu’un documentaire prend autant de dimensions et (...)
  • Les misérables

    Les misérables

    Comment gâcher la liesse de la victoire française à la coupe du monde ? Les Misérables est l’histoire d’un immense gâchis, celui de nos banlieues. Ladj Ly décortique ici les mécanismes à l’œuvre : la violence endémique, les méthodes de la police dans ce contexte difficile - pour être présent, ramener le calme, interpeller. Lui qui a vécu les descentes (...)
  • The dead don't die

    The dead don’t die

    C’est une ouverture de festival en douceur auquel nous avons eu droit. Entouré d’un casting XXL, Jim Jarmusch revient avec un vrai film de genre inspiré des plus grands, et l’intention de développer un message écologique. Les références aux grands classiques et à la culture populaire sont nombreuses (Nosferatu, Kill Bill, Only Lovers Left Alive, (...)