Primary Menu

    Vous pouvez choisir un film précis :
  • Bacurau

    Bacurau

    Difficile de classer ce film qui démarre en douceur avec le magnifique portrait d’une communauté du Nordeste, évolue vers le fantastique et se termine en puisant dans le genre western. C’est l’histoire d’un village qui gêne… et résiste aux pressions extérieures grâce à une solidarité sans faille. La tension monte, un brin fantastique… Bacurau est (...)
  • J'ai perdu mon corps

    J’ai perdu mon corps

    Ce film d’animation fantastique mêle l’émancipation d’une main coupée, dans le Paris des années 1990 et le parcours difficile d’un jeune homme déboussolé à la recherche d’un avenir. On le devine, les deux histoires vont se rejoindre, en marquant un détour par une rencontre amoureuse bien contemporaine. Des éléments de mystère émaillent le récit, comme (...)
  • Papicha

    Papicha

    Terrible, quand l’obscurantisme s’abat sur un pays au nom d’une religion qui devrait être illumination, imposant sa chape de plomb où elle devrait apporter la liberté, menant à la violence alors qu’elle devrait être porteuse de paix. Et les premières brimées, dans tous les obscurantismes religieux et autres, ce sont les femmes. C’est comme si le statut (...)
  • Les hirondelles de Kaboul

    Les hirondelles de Kaboul

    Ce film d’animation français retrace la triste vie des Afghans de Kaboul vivant sous la férule des talibans. Le réalisateur met en scène deux couples. Dans le premier, le mari est le gardien d’une prison pour femmes. C’est un ancien moudjahidine partisan du commandant Massoud qui combattit les Soviétiques avant de se retourner contre les talibans. On (...)
  • Sorry We Missed You

    Sorry We Missed You

    Le titre est ironique : on pourrait croire que quelqu’un écrit vraiment à quelqu’un d’autre qu’il lui manque. Mais il s’agit d’un message pré-imprimé que les livreurs laissent au destinataire si celui-ci est absent lors d’une livraison. Le ton est donné. Il s’agit d’une dénonciation féroce du système d’exploitation impitoyable de la main d’œuvre. On adore (...)