Primary Menu

La réplique du jour par Vincent Mirabel

La réplique du jour par Vincent Mirabel

Chaque jour, l’auteur des "200 répliques cultes du cinéma" (ed. First) partage une nouvelle réplique qui l’a marqué, lors de ce Festival...

Vendredi 24 mai
- Je ne veux plus entendre parler du nom de Buscetta !
- Vous ne croyez pas au pardon chrétien ?...
- Si, mais qu’il se tue d’abord ! Ensuite, je lui pardonnerai.

(Le Traître, Marco Bellocchio)
Colère d’une veuve sicilienne éplorée dont le mari vient d’être assassiné par le clan de Tommaso Buscetta (Pierfrancesco Favino). Ce silencieux "parrain" de la Cosa nostra finira par se mettre à table, face au juge Falcone.

Jeudi 23 mai
- Tu fais la vaisselle toute seule ?
- Le lave-vaisselle est en train de terminer un bouquin... j’veux pas l’emmerder avec ça ! "

(Yves, Benoît Forgeard)
L’enquêtrice Nicole (Doria Tillier), férue d’électro-ménager intelligent, mis au point par sa start-up Digital Cool. Elle fourguera au looser-chanteur-compositeur rappeur Jérem (William Lebghil), un frigo particulièrement intelligent.

Mercredi 22 mai
- Nous sommes réunis en ce jour pour fêter... la reconnexion de nos téléphones au Wifi Tout Puissant !"
(Parasite, Bong Joon-Ho)
Prière païenne du sud-coréen Ki-taek (Song Kang-Ho), père d’une famille pauvre, mais solidaire et débrouillarde. Il mesurera bientôt que si l’argent n’a pas d’odeur, sa pauvreté en a une.

Mardi 21 mai
- Vous faites trop de rêves, monsieur Duroc...
- Personne n’est jamais mort d’une overdose de rêves !"

(Les plus belles années d’une vie, Claude Lelouch)
Le vieillard nostalgico-fantasmeur Jean-Louis Duroc (Jean-Louis Trintignant) à l’auxiliaire de vie (Marianne Denicourt) promenant son "chouchou" dans son fauteuil roulant.

Lundi 20 mai
- Ma femme et moi, on est allé en scooter fêter notre victoire en ville. Sur le mur du cimetière, quelqu’un avait accroché une banderole : "Vous avez raté quelque chose !"
(Diego Maradona, d’Asif Kapadia)
Savoureuse anecdote témoignant du bonheur des supporters de l’équipe de football de Naples, Championne d’Italie pour la première fois en juin 1987, grâce au talent du joueur argentin Maradona. Leur fête durera 2 mois !

Dimanche 19 mai
- J’ai cette conviction en moi : je ne peux aller dans le sens de ce que je crois être mal.
- Avez-vous le droit de faire ça ?
- Est-ce que j’ai le droit de ne pas le faire ?
(Une vie cachée, Terrence Malik)
L’objecteur de conscience Franz Jägerstätter (August Diehl) renvoyant son juge (Bruno Ganz) à l’iniquité de la loi nazi obligeant chaque sujet du IIIème Reich à jurer fidélité à Adolf Hitler. Le bon sens obstiné et la foi de ce paysan le mèneront à son exécution sacrificielle.

Samedi 18 mai
- Tu aimes la musique ?
- J’aime les Beatles et cinéma...
- Hum, on se chargera d’orienter tes goûts vers un genre moins... païen !
(Douleur et gloire, Pedro Almodóvar)
Recadrage du Père José Maria (Raúl Arévalo) recrutant pour sa chorale le jeune Salvador (Asier Flores). La tradition, chère au clergé de l’Espagne Franquiste, sera respectée... sans empêcher cet "Almodóvar en herbe" de devenir cinéaste.

Vendredi 17 mai
- Depuis quand avez-vous des trous de mémoire ?
- Depuis quand, quoi ?...
(Le Témoin, Péter Bacsó, 1969)
Sévère amnésie (momentanée) de l’ancien gardien de barrage József Pelikán (Ferenc Kallai), constamment bousculé par le régime socialo-communiste hongrois. Cette corrosive satire politique fut interdite durant dix ans.

Jeudi 16 mai
- Mike, tu es un vrai "Judas" !
- Dans ce cas, la bonne nouvelle c’est que tu es Jésus !...
(The Climb, Michael Angelo Covino)
Répartie du "traître" Mike (Michael Angelo Covino) s’efforçant d’atténuer la désillusion de son ami Kyle (Kyle Marvin), après lui avoir avoué avoir couché avec sa future femme. Cette terrible épreuve de vérité brisera-t-elle leur profonde amitié ?

Mercredi 15 mai
- Aucun homme ne doit quoi que ce soit à une femme. Ton épouse ne signifie pas grand chose en dehors de ce que tu représentes pour elle !
(Les Hirondelles de Kaboul, Zabou Breitman, Eléa Gobbé-Mévellec)
Outre sa vision ultra machiste, ce chef militaire djihadiste conseillera à son ami gardien de prison (voix de Simon Arkabian) de répudier sa femme malade, pour la remplacer par une jeunette. Ultra machiste, on vous disait.

Mardi 14 mai
- Comment sais-tu que "tout ça va mal finir" ?
- Je le sais parce que... j’ai lu le script !
(The dead don’t died, Jim Jarmusch)
Mise en abyme de l’agent de police Ronald Peterson (Adam Diver) à son père et chef Cliff (Bill Murray). Ce dernier accentuera le vertige par ce commentaire ironique : "Jim ne m’a jamais donné un script complet, après tout ce que j’ai fait pour lui. Quel enfoiré !"